Son habitacle

A l'arrivée de Tartuff, je cherchais immédiatement une cage du commerce la plus grande possible. On installa des rondins de bois en travers sur lesquels Tartuff pouvait exercer son agilité. Mais, au bout de quelques mois, elle était déjà à l'étroit dans son habitacle.

Nous avons donc été obligés de réaliser une cage sur mesure, équipée d'une passerelle et d'une corde en macramé (fabrication "maison" en grosse ficelle !) pour les activités sportives, d'une mezzanine pour la relaxation et d'une tablette :coin repas sous lequel elle peut se coucher en toute intimité.

Le tour de la cage a été doublé extérieurement de plexiglass sur la moitié inférieure tant pour la protéger des courants d'air que pour limiter,car cela n'évite pas tout, les projections de copeaux et d'eau, lors de ses pirouettes.
Le plexiglass a toutefois le défaut de s'opacifier avec le temps, ce qui oblige à le changer de temps à autre.

Tartuff faisant ses besoins dans un coin bien précis de la cage, j'ai décidé, un jour, d'y fixer une litière à chat, dont j'avais diminué la hauteur des 2 côtés libres, remplie de copeaux de bois non traité. Au début, Tartuff passa beaucoup de son temps à essayer d'ôter cet objet insolite. Elle réussit à la casser : les côtés que j'avais réduits étaient devenus fragiles.
J'ai donc réitéré l'essai sans modifier le bac. Maintenant, il n'y a plus de problèmes, Tartuff l'a intégré dans son environnement et donc, n'y prête plus attention. Elle y fait ses besoins, en se tenant, très souvent, en équilibre sur un rebord. On la croirait, en fait, installée sur des toilettes !

Le reste de la cage est garni de paille ou de foin. Le foin a l'avantage de libérer un parfum agréable, mais la paille procure plus de chaleur, notamment en hiver. Tartuff se met parfois à tout regrouper sous la planchette pour s'y faire un nid . Elle aime également en remplir une jambe de jean dans laquelle elle se couche après avoir réalisé quelques trous pour les yeux.

page suivante